Mon défi personnel: 9 Jours sans boire ni manger

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Avant de guérir quelqu’un, demandez-lui s’il est prêt à abandonner les choses qui le rendent malade.

Hippocrate

En réalité ce défi personnel de jeûne sec thérapeutique de 9 jours s’inscrit dans un défi bien plus grand à mes yeux : celui d’atteindre un état de santé optimal !

Du plus loin que je me souvienne , je me suis toujours intéressée à tout ce qui était bon pour ma santé. Comme ça, instinctivement. Je ne souffre d’aucune maladie, j’ai eu quelques blessures ici ou là mais rien d’insurmontable.

Cependant, déjà avant d’être thérapeute en médecine traditionnelle chinoise, je m’informais beaucoup sur la nutrition, le sport, la santé en général. Et encore à l’époque nous n’avions pas internet !

Petit à petit, a germé en moi l’idée que l’on pouvait vieillir et mourir en bonne santé !

Mourir en bonne santé !

On pourrait penser mais quelle idée saugrenue et surtout quel intérêt ?

Ce qu’on entend souvent c’est que faute de n’avoir qu’une vie, on doit en profiter à fond. Ce qui sous entend souvent faire des excès. Dans ma quête de santé exceptionnelle j’ai été amené à tester pas mal de choses. J’en ai gardé certaines, laissé tomber d’autres.

Ayant expérimenté pas mal d’excès aussi au cours de ma vie, je fais depuis longtemps des cures régulièrement pour me nettoyer. Des mois sans alcool, sans sucres, des cures de raisin à l’automne, des mono-diètes, des jeûnes…

Finalement ce que je connais le plus et depuis le plus longtemps, c’est le jeûne. Voici déjà 30 ans que jeûne. Je me souviens qu’une personne m’en avait parlé pour garder la ligne et la santé. Ce n’était pas encore à la mode, mais il s’agissait de ce qu’on appelle aujourd’hui le jeûne intermittent hebdomadaire. Je jeûnais donc 24h par semaine. C’était un jeûne hydrique.

Le jeûne est venu à moi

Je me rends compte aujourd’hui que le jeûne est venu naturellement à ma rencontre. La première fois on m’en a parlé sans que je ne recherche aucune information à ce sujet. Bien sûr j’ai ensuite fait mes propres recherches et j’ai dévoré tout ce que je trouvais sur ce sujet.

Le jeûne, mon ami

Plus les années passaient, plus je maîtrisais le sujet, plus je jeûnais. Et ce toujours en hydrique. Mon jeûne hydrique le plus long fût de 21 jours. J’en garde un excellent souvenir. Sinon la plupart de mes jeûnes oscillaient entre 3 et 7 jours. Cette habitude a été vraiment une très précieuse alliée.

Jeûne et dilemme

La seule chose qui pouvait me contrarier dans cette pratique était liée à ma pratique professionnelle. En effet la médecine traditionnelle chinoise condamne carrément la pratique du jeûne sous peine de diminuer lourdement sa précieuse énergie vitale. Comme je ne suis pas du genre à écouter les yeux fermés ce qu’on me dit, j’ai continué d’explorer !

Jeûne et médecine russe

En 2011 je me mets à la pratique du Systema. Le Systema est un art martial russe qui comprend une branche “santé”. Comme dans tous les arts martiaux, le but est la maîtrise de soi, le renforcement du corps et de l’esprit et l’efficacité martiale. Ce que j’aime dans le Systema c’est qu’il n’y a pas de compétition, de grade ou des règles trop rigides pour moi.

Jeûne et Systema

Petit à petit je découvre les différents segments de cet art. Quand un beau jour, notre grand instructeur Vladimir Vasiliev, nous parle de jeûne… sec !

Alors là je découvre vraiment quelque chose que je ne soupçonnais même pas ! Dans tout ce que j’avais lu sur le jeûne dans les livres, sur internet ou autre, jamais je n’avais entendu parler de jeûne sec. Ma curiosité étant tellement forte, que je ne résistais évidemment pas à l’envie de tester.

Mon premier jeûne sec

Il nous était recommandé de faire 42h par semaine. Ce temps avait été étudié par certains scientifiques russes et paraissait être le temps idéal pour un nettoyage constant, progressif et optimal. Sitôt dit, sitôt fait ! Me voilà partie pour 42h de jeûne sans nourriture, bien sûr, mais aussi sans eau.

Je devais être mal préparée ou tout simplement pas prête, mais l’expérience fût désagréable. Nous étions à la fin du printemps et il commençait à faire chaud. Je supportais mal la soif, je me sentais à plat et assez irritable. Il faut dire que j’essayais aussi d’arrêter de fumer en même temps. J’y avais vu là une aide.

Jeûne et persévérance

Heureusement il m’en faut beaucoup plus pour me décourager. J’ai donc après cette première expérience laissé passer l’été. Dès que les températures se sont radoucies, j’ai recommencé tranquillement à effectuer des jeûnes secs. Ce n’était pas systématiquement toutes les semaines, mais je me tenais à 42h. A force de pratiquer cela j’ai commencé à constater pas mal de bienfaits et de changements physiques et psychologiques. Sachant que j’avais en parallèle démarré aussi les douches et affusions d’eau glacée. Autre élément complètement prohibé en médecine chinoise : le froid.

Entre Shanghai et Moscou

Malgré ma passion et ma foi pour la médecine chinoise, j’ai voulu tester d’autres médecines qui m’apparaissaient aussi sensées. J’ai toujours refusé de prôner de grandes théories sans les avoir testées. Et surtout je refuse de m’enfermer dans une vision unique. J’ai donc oscillé entre ces 2 courants, qui au fond, hormis le froid et le jeûne, ne diffèrent pas tant que cela. Je dirais même qu’ils se rejoignent sur beaucoup de choses : la notion énergétique, la respiration, la santé au naturel, les arts internes.

Un défi comme objectif de vie

Pour en revenir à mon défi de base, je dirais qu’il comporte 2 choses importantes.

  • La première qui consiste à réussir à vieillir et à mourir en bonne santé
  • La deuxième qui tend à se rapprocher de la santé parfaite.

Pour la première le but est simple. Vieillir sans souffrir, sans maladie, sans devenir dépendant. Pouvoir rester actif jusqu’au bout, être heureux et vivant. Bien sûr avec un corps qui s’use, des gestes et des réflexes plus lents. Mais en gardant un esprit vif, aiguisé et empreint d’une sagesse liée à cette belle expérience qu’est la Vie.

La deuxième partie qui se dégage de cela est de se rapprocher de la santé parfaite. C’est aussi quelque chose qui me choque depuis énormément d’années. La plupart d’entre nous se croient bonne santé. Mais qu’est-ce que la bonne santé exactement ? Quand on connaît nos conditions de vie actuelles… C’est aussi pour cette raison que j’explore constamment de nouvelles expériences et que je vais plus loin dans celles qui m’ont parues bénéfiques.

Dépassement de soi, de ses peurs, de ses croyances

Je suis convaincue que nous sommes les seuls responsables de nos limites. Il ne tient qu’à chacun de nous de les explorer et de les dépasser. Nos limites sont liées à notre ignorance, nos peurs, nos conditionnements. Nous manquons cruellement de confiance en nous alors nous remettons notre pouvoir dans les mains du premier venu. Mais en réalité nous ne nous connaissons pas et nous ne savons pas jusqu’où nous pouvons aller.

Le jeûne sec thérapeutique

Il se trouve que de manière générale je fonctionne à l’intuition et je n’en suis guère déçue. J’ai donc approfondie mes recherches sur le jeûne sec jusqu’à découvrir LE spécialiste : le docteur Sergeï Filonov. D’origine russe, comme son nom l’indique. Il faut dire qu’en Russie, le jeûne fait officiellement partie de la médecine officielle depuis le début des années 70. Ce spécialiste dirige une clinique du jeûne en Russie et travaille sur ce sujet depuis 30 ans.

La loi de l’hormèse

Le jeûne est soumis à la loi de l’hormèse. Cette loi consiste à soumettre le corps et l’esprit à différents types de stress de façon volontaire. Ainsi le corps va devoir s’adapter et trouver toujours de nouvelles ressources pour faire face à cette nouvelle situation. Ceci permet d’évoluer grandement et de manière naturelle et inattendue. Ceci rejoint également la plasticité neuronale, qui elle, est responsable de nouveaux circuits neuronaux à chaque fois que l’on se lance dans des aventures inédites pour soi. On peut également évoquer l’épigénétique, qui grâce aux dernières découvertes, nous apprend que l’on peut modifier notre expression génétique. Et oui les amis, la bonne nouvelle c’est qu’il n’y a pas de fatalité ! Mais il y a du pain sur la planche ! Tout cela me passionne, me prend la majeure partie de mon temps et c’est vraiment grisant ! Je vous le dis et vous le répète on ne connaît pas nos limites ! Alors faisons les péter !

Plusieurs types de jeûne

Il existe plusieurs types de jeûnes. Ces dernières années c’est très à la mode et le jeûne a été décliné à toutes les sauces. Pour faire court, car ce n’est pas le but de cet article, il y a :

  • Le jeûne liquide : bouillons, tisanes, jus de légumes ou fruits
  • Le jeûne hydrique : on ne boit que de l’eau et rien d’autre
  • Le jeûne sec : on n’ingurgite ni eau ni aliment
Le jeûne liquide

Celui-ci n’a, pour moi, rien d’un jeûne. C’est tout au plus une petite diète que l’on peut faire après des excès par exemple ou avant et après un jeûne justement.

Le jeûne hydrique

Avec un apport seulement hydrique, on va favoriser l’élimination, le drainage lymphatique et faire un bon nettoyage du corps. Encore que le degré d’efficacité soit lié à votre taux d’intoxication de départ et du temps du jeûne en lui-même.

Le jeûne sec

Sans aucun apport extérieur le travail va être plus profond, plus rapide et plus efficace. On dit qu’1 jour de jeûne sec équivaut à 3 jours de jeûne hydrique. En fait au lieu de drainer via les émonctoires chaque cellule va se transformer en mini réacteur qui va brûler tout ce qui n’est plus valable dans le corps.

La lecture est essentielle

Enfin grâce à la lecture du livre du docteur Filonov “Dry Fasting 20 questions & answers” et celui de Michel Deladoey “Le jeûne sec thérapeutique”, j’ai décidé de me lancer.

Sachant que le jeûne sec thérapeutique est formellement déconseillé seul à la maison. Les spécialistes conseillent de ne pas dépasser 5 jours de jeûne sec à la maison.

Pourquoi vaut-il mieux être accompagné ?

Le jeûne sec thérapeutique est très puissant. Il nécessite d’être accompagné de soins, de soutien, de savoir-faire. Cela peut-être très déstabilisant psychologiquement. Beaucoup de choses se passent, qui peuvent être très angoissantes. Aussi vaut-il mieux avoir à faire à des spécialistes.

Le jeûne c’est maintenant !

Alors, oui malgré tout ce que je viens de vous dire, j’ai quand même décidé de la faire “seule”, chez moi. Depuis plusieurs années je me dis que j’irai en Russie pour faire cette retraite. Sauf que ce n’est pas évident, il y a le temps, l’argent, les priorités de la vie. Ensuite comme je vous l’ai dit je me fies à mon intuition et elle était favorable, je jeûne et j’étudie le jeûne depuis 30 ans donc je suis assez sereine, pour l’accompagnement, il se trouve que je connais bien les soins à effectuer. Et cerise sur le gâteau, mon mari connaît aussi parfaitement les soins, il est kiné et énergéticien, et me connaît suffisamment pour m’aider aussi psychologiquement. Et puis parce que c’est moi et c’est mon choix.

Le lieu idéal pour jeûner

Autre point important, le lieu du jeûne. Pour faire ce genre de retraite il va de soi qu’il vaut mieux être dans un environnement calme, avec le moins de pollution et de stress possibles. Il se trouve que je vis en pleine campagne tarnaise au milieu de forêts et rivières. Bref, le top !

C’est parti pour le ra-jeûne-issement !

J’ai donc décidé de me lancer, je m’y suis préparée durant 2 mois. Je me suis laissé la possibilité d’arrêter à n’importe quel moment. Ce n’est pas une compétition, je le fais pour moi, pour enrichir mon expérience de vie et ma connaissance de moi et de la vie.

Jusqu’au bout du jeûne

Je m’étais fixé 9 jours. Et j’ai donc fait 9 jours de jeûne sec thérapeutique. Je n’ai rompu mon jeûne il y a seulement 3 jours. C’est tout frais et je me sens toute neuve. J’ai l’impression d’avoir fait table rase sur plein de choses. De choses, de sensations, de souvenirs inutiles. Du coup je sens qu’il y a plein d’espace pour du nouveau, de nouvelles aventures !

La rupture du jeûne

La rupture du jeûne est une étape de la plus haute importance, qui peut mettre à la poubelle tous vos efforts, si mal exécutée. Aussi est-il indispensable de préparer sa reprise alimentaire bien avant de démarrer son jeûne. Bien se renseigner et planifier la reprise pour avoir tout ce qu’il faut à la maison.

Avant et après jeûne

Cette expérience m’a profondément transformée, régénérée. Je n’ai jamais rien vécu de tel et plus rien ne sera comme avant. Je suis vraiment heureuse d’avoir vécu cela, d’avoir osé bravé les interdits, dépasser mes limites et je le vis comme un cadeau. Je me sens plus vivante dans chacune de mes cellules. Mes sens sont plus aiguisés et ma vitalité augmente de jour en jour. Je dors du sommeil du juste et le matin au réveil, j’ai le sentiment que c’est une nouvelle vie qui commence. Je vis davantage dans l’instant présent et mon intuition est encore meilleure.

Mon journal de jeûneuse

Alors ça vous intéresse de savoir au jour le jour comment ça s’est passé ? Et bien sachez que vous êtes chanceux ! J’ai tenu un journal au quotidien ! J’y ai tout noté, mes sensations, mes émotions, mes angoisses, mes joies. Mais je vous raconte aussi comment je me suis préparée à une telle aventure. Je vous explique aussi une étape extrêmement importante et sur qui repose toute la réussite de votre jeûne : la rupture du jeûne et la reprise alimentaire.

Aussi aurais-je très bientôt le plaisir de vous offrir gratuitement Mon journal de Jeûneuse que vous pourrez téléchargez ici même !

N’hésitez pas à commenter et surtout à vous abonner si vous souhaitez être tenu au courant dès la sortie de mon journal de jeûneuse !

5 commentaires

  • Delphine

    Wahoo! Je suis impressionnée par ta détermination et par ce dépassement de soi! Bravo à toi et bravo pour ton article très intéressant! Je m’intéresse de plus en plus au jeûne (je ne fais que de l’intermittent) et j’ai justement l’intention de faire une semaine complète l’année prochaine au sein d’un groupe. Je suis certaine que ce sera une formidable expérience ;). Très belle journée à toi

  • yannick

    Hello, merci pour ton article, je n’ai jamais jeûné autant de temps, mais je jeûne 2 jours régulièrement et le jeûne hydrique est mon ami 😉 9 Jours c’est une sacrée expérience ! Surtout sans boire. Comme tu le dis, seul surtout pour une personne qui n’a jamais jeûne ce n’est pas forcément conseillé. Je m’interroge sur les médecines traditionnelles chinoises et le jeûne. Pour avoir étudié avec un grand maître en médecine daoïste (source des médecines chinoises), il encourage fortement le jeune. Je connais beaucoup d’autres praticiens en MTC qui jeûne également. C’est étrange. 🙂

  • Elom Akpondeou

    Bonjour Natacha,
    Merci beaucoup pour cet après-midi excellent article sur le jeûne. Je suis particulièrement adepte de cette pratique qui purifie l’âme. Je n’ai encore jamais essayé le jeûne sec à ce jour. Je vais l’essayer également. Merci encore et à bientôt.
    Elom.

  • Diego / La-boite-a-pain.com

    Merci pour ce bel article, je ne savais pas qu’il existait tant de jeunes différents ! Et j’ai l’impression que le mental y est pour beaucoup dans la réussite de ce processus, je me trompe ? J’ai déjà eu l’occasion de jeuner lorsqu’un médecin m’a conseillé de jeûner 24h à la suite de douleurs à l’estomac et d’acidité gastrique qui ne partaient pas… Et je me souviens que j’ai guéri par moi-même de suite ! Moi qui déteste prendre le moindre comprimé pour me soigner, j’ai un très bon souvenir thérapeutique du jeune. 🙂 Je suis curieux, que penses-tu du jeûne intermittent ? Je ne mange plus le matin depuis le mois de septembre et je ne manque qu’à 12h et 20h. Je me sens globalement mieux dans mon corps et moins lourd après les repas… à bientôt !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :